Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

2014-05-11T09:26:20+02:00

J'ai testé pour vous...étudier avec le CNED

Posted by BlueGold

Ah faire ses études à distance, loin des profs postilloneurs et des petites brutes qui peuvent rendre les journées derrière un pupitre beaucoup plus longues... Eh bien, je l'ai fait ! Pas exactement poussée par ces motivations-là mais le résultat est le même : je n'ai pas vu un banc de fac pendant une année. Alors quels sont les avantages et les inconvénients par rapport à une scolarité en présence ? Voici ma petite expérience personnelle...

Pourquoi le CNED ?

Personnellement, j'ai décidé de m'inscrire au CNED pour éviter de perdre du temps. Non, je ne pense pas qu'étudier est une perte de temps, au contraire, je pense que ça nous donne l'opportunité de nous ouvrir des portes (des types de portes très variés cela dit : ça peut aller du petit portillon de la maison de Leprechaun à la grande porte en bois de cathédrale qui te fait plier la nuque). Mais je n'avais qu'un Diplôme Universitaire de Français Langue Étrangère à passer, à savoir seulement quatre matières à valider, donc il me semblait fort dommage de m'encroûter dans une ville pendant un an avec un emploi du temps si peu chargé. J'ai donc eu l'idée du siècle : « Mais c'est donc ça, je vais passer mon diplôme à distance ! » me suis-je écriée l'été dernier en brandissant fièrement mon poing dans les airs.

Bien-sûr, cette formation à un coût. En plus de l'inscription à l'université Stendhal de Grenoble qui organise les cours, j'ai dû payer les frais d'inscription du CNED (variables selon les types de formation). A cela, peut s'ajouter l'envoi postal de certains devoirs (pour ma part, j'ai dû rédiger un rapport d'une vingtaine de pages à envoyer par la poste), même si ma formation proposait aussi des envois par internet pour les devoirs d'entraînement aux examens. Et puis, bien-sûr, le clou du spectacle : les coût relatifs à l'examen. En le passant à Grenoble, j'aurai été exempté des frais d'examens mais étant à l'étranger, j'ai dû le passer à Madrid et mon porte-monnaie s'est allégée des frais de gestion destinés à mon centre d'examen, de deux billets d'avions, et de quelques nuits en auberge de jeunesse.

On s'attaque aux cours : petits et grands moments de solitude

Fin octobre, je reçois un gros colis à « mon adresse temporaire ». Ce sont les fascicules de cours qui me serviront tout au long de l'année pour apprendre l'essentiel de ma formation. Cette réception a été un peu repoussée à cause de mon changement d'adresse qui a eu lieu en même temps que l'envoi de mon colis depuis le CNED. Résultat : le premier colis est parti à ma précédente adresse, mais sans possibilité de le récupérer, le CNED m'en envoie un autre sans faire d'histoire à ma présente adresse. Pleine d'excitation et de curiosité, j'ouvre de suite le colis avec des étoiles dans les yeux tel un enfant déballant son cadeau le jour de Noël. Mais mon excitation s'affaisse bien plus vite que le kloug de M. Preskovitch quand je vois le nombre de fascicules à feuilleter (une dizaine) et que je réalise soudain la nécessité de mettre en place une organisation solide et efficace pour parvenir à tous les travailler d'ici mai.

A mon grand soulagement, certaines matières s’apprennent assez facilement grâce à des cours très détaillés, expliqués clairement avec de nombreux exemples à la clef et un glossaire final. Pour ceux-là, je me contente de recopier les notions importantes et de construire ainsi mes propres leçons avec mes propres mots. Malheureusement, tous les profs ne maîtrisent pas l'art du partage du savoir. Oui, ils savent de quoi ils parlent, c'est sûr, mais j'ai beau lire et relire leurs cours, moi je ne comprends pas de quoi il s'agit. Pour ces cours-ci, il faut donc passer un bon nombre d'heures supplémentaires à lire des bouquins associés ou naviguer sur les sites conseillés et pourquoi pas même extrapoler vers les conférences des vidéos youtube qui traite du sujet, les forums et tout autre source susceptible d'éclaircir ce que le cours tente de nous enseigner.

Ici donc, l'inconvénient flagrant est qu'on ne peut pas directement poser nos questions au professeur. Le CNED propose néanmoins des pages forum sur notre espace perso qui permet de partager nos doutes avec les autres élèves et voir comment les autres ont compris tel ou tel point du cours. Mais là encore, sans l'intervention concrète d'un prof, on risque de certifier des bêtises à d'autres élèves...

Études à distance mais examens en présence

Vers le mois de décembre, je reçois des documents me demandant de choisir mon centre d'examen pour mai. Il y en a dans les quatre coins du monde : Grenoble bien-sûr, Cap Vert, Berlin, Madrid, São Paulo, Turquie, Cuba, USA, Inde...Pour moi, ce sera Madrid le plus proche. A l'approche de l'examen, je m'envole donc vers la capitale, l'angoisse de l'avion s'ajoutant à celle des examens. Je ne sais pas trop à quoi m'attendre. Ai-je réviser ce qu'il fallait ? Ai-je assez réviser ? C'est dur de se positionner par rapport à la normale car il n'y a tout simplement pas de normale. Chacun a étudier ses cours dans un coin, à sa façon. Heureusement, grâce à la page facebook ouverte par les élèves pour mon DU, je sais à quoi ressemblaient les examens de Grenoble qui ont eu lieu une semaine avant et cela me rassure un peu.

Quand les sujets tombent, je rédige à m'en crisper la main. Après un an d'étude à ressasser toujours les mêmes lignes, et à sacrifier les sorties au profit des cours dans sa chambre, je dois montrer en quelques heures ce que j'en ai retenu.

L'examen en soi est aussi stressant que n'importe quel exam mais le moment post-exam est, lui, beaucoup plus frustrant. Encore une fois, on se retrouve dans l'incapacité de pouvoir communiquer ses doutes à un professeur ou de lui faire partager nos réponses afin de pouvoir plus ou moins estimer nos chances de réussite. Les seules personnes avec qui on peut partager sont les élèves du même centre d'examen mais sans savoir qui a vu juste et qui s'est planté. Et quand on constate que les réponses divergent beaucoup, ça fait encore plus flipper. On tente de se rassurer et de rester positifs. Et puis, au pire, il y aura la session d'examen de septembre.

Mon bilan : J'attends encore les résultats de mes examens qui mettront deux mois à me parvenir (2 mois!!). Mais pour l'instant, je peux quand même vous donner mon avis sur la formation en générale. Le sentiment qui a persisté tout au long de l'année était celui de progresser « à l'aveuglette » en étant le seul arbitre de ma progression. C'est sûre, les partages sur les forums du CNED apportent aide et support dans les moments de doute mais rien ne remplace un cours vivant en présence où on se retrouve immergé dans une atmosphère studieuse dès le premier coup de craie sur le tableau. Cependant, les études à distance offrent la fabuleuse opportunité de voyager (ou de s'adonner pleinement à une autre activité prenante) tout en progressant dans ses études et rien que pour ça, ça en vaut le cou. Il faut juste s'y préparer.

See comments

To be informed of the latest articles, subscribe:

comments

Girl Gift Template by Ipietoon - Hosted by Overblog